© 2017 L'Union Evolutionnaire

  • Birdy
  • Facebook
  • YouTube

Qui sommes-nous ?

Les évolutionnaires sont déterminés à créer une

« union des volontés », au-delà des clivages politiques et religieux en plaçant l’épanouissement de toutes formes de vie au cœur de

leurs intentions.

L'union évolutionnaire est un courant de libres penseurs librement inspiré du pamphlet humaniste :
 
  "Théodore Wåldo – Le journal d'un Vagabond"
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Chapitre 1

 

Paris, le 5 juillet 2013

 

Je m’appelle Théodore Wåldo. Aujourd’hui c’est mon anniversaire. J’ai 53 ans.

 

Je dirige une petite société dont le chiffre d’affaires, en 2012, s’élevait à 62 000 euros et dégageait une légère marge bénéficiaire. J’emploie également trois personnes de manière occasionnelle. Mais depuis le début de l’année 2013 et pendant 6 mois notre activité professionnelle, s’est quasiment interrompue. Nous avons eu à faire face à une cascade d’annulations, aussi brutales qu’inattendues, concernant nos principaux clients. La rapidité avec laquelle nous nous sommes retrouvés contraints d’abandonner notre logement pour ne pas basculer dans le surendettement a été foudroyante et c’est ainsi que nous nous sommes retrouvés avec nos deux enfants.

 

SANS DOMICILE FIXE

 

 

Cette réalité s’avère être une épreuve violente et sans concession. Nous avons été contraints d’entasser - je devrais dire « compresser » - nos biens mobiliers et personnels dans un garde-meuble.  À l’heure actuelle notre seul toit est une vieille Renault et si elle venait à nous « lâcher », cela nous plongerait immédiatement - sur le plan de l’organisation quotidienne-  dans un indescriptible chaos.  Nous nous déplaçons avec 5 valises, 6 sacs à dos, 4 sacs de couchage, 4 tapis de sol, 2 cartons et une gerbille.

 

Aujourd’hui, la classe moyenne et travailleuse sombre dans la misère en partie à cause des prix prohibitifs du parc locatif. L’autre soir, gare Montparnasse, je me suis arrêté pour discuter avec une petite famille qui faisait la queue à la  soupe populaire. Ils nous « ressemblaient » en plus jeunes. Le monsieur m’a expliqué qu’il avait un boulot, il gagnait un peu plus que le SMIC, mais que s’il voulait payer son loyer, il  devait économiser sur le reste. Toute la famille dînait chaque soir de la semaine à la soupe populaire et ne prenait ses repas à la maison que le week-end…

 

Par bonheur nous bénéficions pour cet été d’une chaine de solidarité formidable grâce aux amis qui nous ont offert spontanément de nous héberger pendant les vacances.

 

Mais que se passera-t-il ensuite ?...