top of page
À l'affiche

Le dimanche 18/12/2022… "Alors on danse !"

Vous allez regarder la finale de la coupe du monde de football 2022 dimanche prochain et le pire c'est que je vous comprends !

C'est vrai que la vie autour de nous a pris une tournure apocalyptique : vagues de chaleur, feux de forêt, tempêtes gigantesques, montées des eaux, réfugiés climatiques, pénurie d'eau, développement des maladies infectieuses… Le tout orchestré par un climat politique tout autant déréglé avec la montée exponentielle des inégalités qu'elles soient économiques ou sociales, la guerre aux portes de l'Europe, la recrudescence des dictatures et l'avènement d'une ploutocratie mondiale dominée par quelques autocrates qui à eux seuls détiennent un tel pouvoir financier, qu'ils s'ingèrent en toute liberté dans les affaires d'État.

Vous allez regarder la coupe du monde de football 2022 parce que la coupe est pleine !

Vous allez regarder la coupe du monde 2022 parce que c'est bon !

Parce que vibrer tous ensemble sans qu'il soit question de nos différences, de nos soucis, de nos angoisses quotidiennes… C'est bien ! Et pour tous les habitants de l'hexagone et d'outre-mer qui ont résisté jusque-là… Soudain, ce n'est plus possible ! C'est la France quand même ! La France en finale ! Un silence surnaturel s'abattra sur les routes du pays dimanche prochain et des millions de nos concitoyens auront les yeux rivés sur des écrans de téléviseurs et si nous gagnons le match, alors un immense mouvement de fraternité général envahira les rues des grandes villes et jusqu'à celles des plus petits villages de nos campagnes !

On chantera, on dansera, on s'aimera portés par une ferveur universelle !

Et je le comprends. J'étais dans la rue pour nos deux premières étoiles ! Grisé, transporté, rempli d'espoir à l'idée que si une telle fraternité était possible avec le sport, elle nous réunirait peut-être un jour avec une même ferveur, mais autour d'un bouleversement profond, d'un changement fondamental de notre société qui redonnerait à nos vies un sens plus juste, plus solidaire et plus équitable. Un changement de paradigme qui ferait de la Philosophie la figure de proue de ce grand navire qu'est l'Humanité ! Je le crois toujours d'ailleurs, même si dimanche prochain comme je le fais depuis le début de cette coupe du monde de football 2022 au Qatar...

Je boycotterai la retransmission de la finale à la télévision.

Loin de moi l'idée me mettre en scène dans le rôle du gentil boycotteur face aux méchants supporters, loin de moi le désir de vous faire culpabiliser, j'aimerais juste partager avec vous les raisons de mon choix et en quoi je suis convaincu que cet événement est une opportunité rare, puissante et accessible, une belle occasion de marquer notre indignation, même si le boycotte est déjà un échec.

En premier lieu, ma réaction est foncièrement viscérale. Je ne peux plus me souffler à l'oreille des : "de toute façon aujourd'hui c'est trop tard, il fallait y penser avant, il y a pire dans le monde, c'est pas si grave, qu'est-ce que j'y peux etc…"

Je n'y arrive pas, je n'y arrive plus.

Quand je tombe sur des images de cette coupe du monde, je vois littéralement la pelouse verdoyante de ces stades climatisés qui sont déjà à eux seuls des aberrations écologiques, se teinter de la couleur rouge sang des plus de 6000 ouvriers morts sur les chantiers, je vois les joueurs patauger dans une mare écarlate où le ballon prend la forme d'un globe terrestre alors que de la bouche des supporters s'échappent des gerbes de billets de banque qui viennent tapisser le stade transformé en corne d'abondance.

L'image peut sembler exagérée, mais elle correspond sincèrement à ce que je ressens. Du dégoût, de la révolte et cette fois, pour moi, la coupe est pleine !

J'ai souvent le sentiment de ne pas en faire assez, que je me devrais d'être plus exemplaire, je déteste lorsque je m'arrange avec mes propres contradictions, me trouvant des excuses, même si elles sont valables ! Il y a des tas de choses que j'aimerais changer dans ma manière de consommer par exemple, mais il vrai que parfois c'est juste économiquement impossible. Il y a des tas de causes que j'aimerais défendre réellement, sur le terrain, mais je suis déjà trop accaparé par la nécessité de m'en sortir, d'aider les miens et d'exercer mon métier tout en poursuivant mes rêves.

Alors oui, on ne peut pas, à nous tous seul, en permanence, aller sauver des espèces en voie d'extinction, protéger des zones en perdition, partir se battre auprès des opprimés, accueillir son prochain… Heureusement d'autres aussi le font, en fonction de leur disponibilité et de leur savoir-faire et par l'intermédiaire de multiples associations dédiées. L'idée étant de savoir parfois se consacrer à ce que l'on sait faire de mieux et à commencer par avancer au cœur de son propre territoire et de se montrer bienveillant, solidaire et partager nos savoirs auprès de ceux qui sont à notre portée.

Alors oui, comparativement aux contraintes du réel, il m'est apparu vraiment facile, opportun, réalisable, puissant de boycotter en particulier cette coupe du monde 2022 au Qatar, car il me suffit juste pour cela : de ne pas allumer mon téléviseur ! Ou encore, à l'heure du match, de volontairement regarder une autre chaîne pour que mon geste, s'il est suivi par des milliers d'autres, prenne une signification symbolique et économique. Dire "STOP", c'est marquer mon refus de participer à cet appel d'air financier qui va profiter organiquement aux investisseurs, aux financiers, aux annonceurs, aux actionnaires, à tout un système autocentré, mais qui dépend toutefois en grande partie des supporters, des spectateurs, des téléspectateurs, des lecteurs… des consommateurs !

C'est une extraordinaire opportunité d'agir dès à présent et d'envisager que nous pourrions nous y prendre autrement, faire en sorte que tous ces merveilleux grands événements sportifs porteurs de valeurs universelles et fraternelles s'organisent différemment, comme par exemple dans des pays en voie de développement qui ne seraient pas des dictatures et où les retombées économiques auraient du sens où les infrastructures resteraient sur place pour profiter aux populations, où le partage des richesses serait une priorité.

Dans le monde, il existe de moins en moins de démocraties, même l'Europe, première pouponnière de cet idéal où les peuples exercent eux-mêmes leur souveraineté, est gangrenée par des politiques ultra-libérales et le spectre d'un retour généralisé de l'ultra-nationalisme. J'ai le sentiment qu'au regard de l'urgence, le moindre de mes gestes compte et cette coupe du monde 2022 au Qatar renforce ma détermination à agir à la moindre occasion pour enrayer au plus vite un système qui nous fait courir à notre propre perte.

Face à une situation aux résonances cataclysmiques, l'envie de danser alors qu'il est encore temps est assez irrépressible… Les chemins de l'insouciance ne sont-ils pas ceux de l'éternelle jeunesse ? Être insouciant face à une catastrophe annoncée, c'est peu comme mourir jeune même si l'on est vieux, emporté par l'exaltation tragique que cela suggère. Cependant, l'insouciance cataclysmique, aussi sympathique soit-elle, porte en elle les graines de l'inconséquence cataclysmique !

Pour autant, je ne doute pas que parmi ceux qui regarderont la finale dimanche, se tiennent aussi quelques uns de ceux qui demain s'engageront tout de même de manière remarquable pour sauver notre monde et accompagner l'humanité vers de meilleur lendemain ! J'espère…

#Mondial2022 #altermondialiste #Qatar2022 #unionevolutionnaire #projetÅ

Posts récents