À l'affiche

14 jours plus tard...

Ça y est ! Cela fait 14 jours que je suis confiné. 14 jours depuis mon dernier atelier de lâcher-prise par l'expression corporelle et de communication pacifique où je m’agitais avec une douzaine de participants venus de toute la France dans une salle de vingt mètres carrés.

 

14 jours pour accepter la réalité d'une situation inédite qui appartenait plutôt au spectre de la pandémie grippale de 1918.

 

D'abord ce fut le choc ! Celui des rues qui se vident et de la ville qui se met à ressembler à un film de science-fiction post apocalyptique à l'image de "Je suis une légende" tiré de l'excellent roman de Richard Matheson.

 

-   S'il n'en reste qu'un, nous serons celui-là !" avais-je alors scandé en riant à mes potes évolutionnaires.

-   Dis donc, Wåldo, si tu viens du futur ? Comment ça se fait que tu l'avais pas vu venir celle-là ?

 

Bonne question, bonne question… De toute façon à la base, il n'y a jamais de mauvaises questions, chaque interrogation nous ramène à un certain niveau de la boucle de notre existence, chaque question nous permet de reconsidérer ce qui nous semble acquis, l'acquis n'étant lui-même qu'un savoir modulable au regard des transformations propre à notre éternelle mobilité.

 

-   Parce que je n'ai pas de boule de cristal mon bon monsieur ! Mais nous sommes les témoins diligents d’un processus qui nous exhorte à agir tous ensemble sur notre manière d’être, de ressentir et d’envisager l’avenir. Cela participe à l'effet myriade qui engendre le syndrome des muses : En agissant concrètement et en pacifiant notre rapport à la Terre, nous inspirons les autres autour de nous, qui à leur tour inspirent les autres autour d'eux. Cette épidémie vient frapper un grand coup sur l'édifice de nos certitudes, Gaïa s'ébroue, elle nous secoue et nous somme d'agir au plus vite !

 

Après le choc, survint le déni : "Mais non, c'est juste un simple rhume, c'est comme la grippe. Tu parles ! "Ils" veulent détourner notre attention, affirmaient certains toujours en quête de boucs émissaires, c'est la faute à tous ces cons incapables de rester confinés chez eux ! "

 

Ce qui généra chez moi de la colère !

 

-   Pour rester « à la maison », il faut commencer par en avoir une digne de ce nom ! Rester confinés à 5 dans 18m², c'est plus compliqué que dans un bel appartement ou dans sa résidence secondaire ! Sans parler des conflits familiaux, des SDF en infraction permanente, puisque confinés chez eux, c’est-à-dire dehors ! Heureusement que si l’on respecte les règles de bonne conduite sanitaire, on peut encore sortir, s'aérer, au moins dans son quartier et en respectant les gestes barrière, s'enquérir des autres. Voir si tout va bien, voir s’il y des personnes qui ont besoin d’aide !? Sans stigmatiser du haut de sa retraite dorée ou de sa bulle champêtre ces "cons de pauvres" ou ces "cons de citadins"! 

 

Colère, qui n'était finalement rien d'autre que le reflet de ma propre peur, de ma propre tristesse à l'idée de retomber dans un monde si prompt à réveiller ses "vieux démons".

 

14 jours pour finir par accepter, par comprendre et être en mesure de renouer avec l'espoir et le désir de passer à l’acte !

 

Chaque membre de notre Ruche qui constitue le socle fondateur de notre union évolutionnaire se sont retrouvés dispersés.

 

Galatée Wallace s'est mise à coudre des masques pour les infirmières,

 

 

 

Yohan Gui se forme en Ardèche à la permaculture, Rachel Oprørsk et Louis Beauchoux se sont mis ensemble, ce qui constitue, en soi, un cocktail explosif !

 

Quant à Lucia Yildiz, elle a ressenti les premiers symptômes d'une intrication quantique, c’est-à-dire que son Avatar Philosophique Libre et Indépendant (APLI) s'est détemporalisé de notre réalité.

 

Elle nous livre un message empreint de néologismes cosmossiens et semble en proie aux effets ardents et hypnotiques qui accompagnent souvent les premières expériences métaphysiques.

 

Je vous laisse écouter…

 

 

 

@ très vite et d'ici là que les nébuleuses vous chatouillent !

Théodore Wåldo

 

 

 

À noter que: choc, déni, colère, tristesse et acceptation sont cinq des étapes psychologiques qui accompagnent souvent notre capacité à "faire le deuil".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour tous ceux qui souhaitent accompagner le Projet Å

https://fr.tipeee.com/theodore-waldo

Please reload

Quantiquement vôtre

15/11/2019

1/2
Please reload

Posts récents
Please reload

 
 
Par tags
Please reload

Nous suivre
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Icône sociale YouTube
  • Facebook - White Circle
  • YouTube - Cercle blanc
  • Twitter - Cercle blanc
  • Instagram - Cercle blanc

© 2017 L'Union Evolutionnaire